Culture de Vigne Conseils sur la nutrition des cultures

Tout ce que vous devez savoir sur la fertilisation de la vigne : bonnes pratiques, produits recommandés, essais sur le terrain et bien d’autres conseils encore.

Conseils pour la culture du raisin de cuve et des vignobles(Vitis vinifera)

  • Sols : Les vignes peuvent s'adapter à un large éventail de types de sols, et si la profondeur du sol, sa texture et les conditions hydriques sont favorables, elles survivront et assureront de bons rendements dans des sols peu fertiles. Les vignes nécessitent un sol bien drainé.

  • Dans des sols à pH élevé (au-dessus de 7,5), des carences en Phosphore principalement, ainsi qu’en certains autres micro-nutriments, peuvent commencer à apparaître.

  • Si le sol est assez profond, de l'herbe peut être plantée entre les rangées afin de prévenir l'érosion et les mauvaises herbes.

  • Choix du site : Les micro-climats localisés jouent un rôle important dans le choix d’un site adapté pour une vigne. La caractéristique la plus importante est l'air froid et le drainage.

  • D'autres facteurs à prendre en compte pour le choix du site sont la disponibilité de la lumière du soleil et l'absence de vent fort et de grêle sévère.

  • Les raisins nécessitent généralement un climat chaud et sec, c'est-à-dire des journées chaudes, des nuits fraîches et une faible humidité. Cela permet généralement d’obtenir des raisins de meilleure qualité.

  • La saison viticole sur le site choisi doit être suffisamment longue pour permettre à la fois aux fruits et aux parties végétatives de la vigne de mûrir. La chaleur doit être suffisante pour permettre aux fruits et à la végétation de mûrir.

  • L'hiver doit être suffisamment long et froid pour assurer la période de dormance nécessaire. Les gelées tardives du printemps représentent une menace pour les jeunes bourgeons, car ils sont sensibles aux températures négatives, ce qui peut endommager et détruire les grappes de fleurs.

  • Il doit y avoir suffisamment d'heures d'ensoleillement pour assurer une photosynthèse adéquate et pour un apport suffisant en glucides pour faire mûrir le fruit et la vigne.

  • Des pluies faibles à abondantes pendant la période de maturation peuvent provoquer diverses maladies du raisin.

  • L'irrigation au goutte-à-goutte optimise l'apport en eau pour la production de raisin. C'est aujourd’hui la principale méthode d'irrigation dans les environnements de production intensive, permettant des périodes de production plus longues, une meilleure qualité et des rendements plus élevés. Cependant, le goutte-à-goutte n'est pas autorisé sur tous les territoires, en particulier lorsqu'il existe une indication géographique protégée dans la région.

Besoins nutritionnels

Les vignes présentent moins de carences en minéraux et une demande en nutriments inférieure à celle de nombreuses autres cultures horticoles.

Les applications de Phosphore, de Potassium et de Chaux doivent être basées sur des analyses du sol et des feuilles.

L’engrais azoté doit être appliqué pendant les périodes d’absorption active, afin de minimiser les pertes dues à la lixiviation du sol.

Cela inclut la période entre le débourrement et la véraison et, si la chute des feuilles ne s’est pas produite, immédiatement après la récolte des fruits.

Plusieurs applications d’Azote sont préférables à une seule application massive au printemps.

La plupart des formes d’Azote peuvent être utilisées indifféremment dans les vignobles.

Dynamique d’absorption des nutriments sur un cycle de culture de vignes

Dynamique d'absorption des nutriments sur un cycle de culture de vignes

Les modèles de dynamique suivants peuvent être déduits du schéma ci-dessus :

  • L’absorption d’Azote est relativement faible au début de la saison. Ensuite, elle augmente fortement jusqu’à la nouaison, puis diminue fortement jusqu’à la récolte, et augmente fortement, à nouveau, après la récolte.
  • Le Phosphore suit un modèle similaire, mais son absorption n’augmente qu’après la récolte.
  • Le taux d’absorption de Potassium est le plus élevé de tous au départ, puis il diminue fortement jusqu’à la récolte et se rétablit légèrement après la récolte.

 

Rôle des nutriments

Azote :

Favorise les rendements élevés et assure la croissance végétative de la culture.

Joue un rôle clé dans la synthèse des protéines, qui influe directement sur la croissance et le rendement.

Phosphore :

Favorise le développement d’un bon système racinaire.

Joue un rôle prépondérant à la floraison, et donc sur le nombre de fruits et leur maintien.

Essentiel pour une gestion appropriée de l’énergie dans la plante.

Améliore la division cellulaire.

Potassium

Améliore le transfert des sucres à destination des fruits.

Cofacteur pour des dizaines d’enzymes.

Régule la gestion de l’eau, principalement par l’ouverture des stomates.

Augmente la teneur en sucre du fruit.

Réduit la sensibilité à de nombreux stress abiotiques et biotiques.

Améliore la couleur verte des fruits, la fermeté de la chair, la forme et les rendements globaux.

Calcium

Favorise la stabilité de la paroi cellulaire, fournissant ainsi à la plante une structure solide et une meilleure résistance aux maladies.

Un apport adéquat en Calcium prévient le dessèchement apical.

Cela garantit également une meilleure durée de conservation.

Magnésium

Le Magnésium est la partie centrale de la molécule de chlorophylle, qui joue un rôle clé dans la photosynthèse.

Améliore l’utilisation du Fer.

Assure le transfert du Phosphore dans la plante.

C’est à la fois un activateur d’enzyme et un constituant de nombreuses enzymes

Aide à obtenir une couleur de fruit vert foncé.

Fer

Le Fer est essentiel pour la synthèse des protéines et de la chlorophylle.

Facteur important dans de nombreuses enzymes, associé au transfert d’énergie et aux systèmes respiratoires.

Manganèse

Translocation des sucres et des glucides.

Pollinisation et production de semences.

Division cellulaire et formation de la paroi cellulaire, liées à l’absorption et à l’utilisation du Calcium.

Zinc

Production d’auxine, une hormone de croissance essentielle.

Le Fer est essentiel pour la synthèse des protéines et de la chlorophylle.

Nécessaire à la formation de l’amidon et au bon développement des racines.

Cuivre

Impliqué dans le métabolisme de l’Azote et des glucides.

Catalyseur pour la photosynthèse et la respiration.

Inclus dans les enzymes impliquées dans la production et la conversion des acides aminés en protéines.

Molybdène

Important pour l’activité nitrate réductase, qui convertit les nitrates en acides aminés.

Conversion du Phosphore inorganique en formes organiques.

Carences en nutriments

NutrimentDescription
AzoteFeuilles matures : uniformément petites et vert clair ou jaunes, sur l'ensemble de la vigne.
• Croissance des pousses : lente et cesse au milieu de l'été
• Entre-nœuds : courts
• Maturation des fruits : précoce
• Qualité des fruits : mauvaise, problème de couleur dans les variétés rouges
• Azote total dans le pétiole en période de floraison : <1 % ; Azote nitrique dans le pétiole en période de floraison : <350 ppm
Réf. : Christensen
Phosphore• Les plantes carencées en Phosphore ont des racines faibles, sont chétives et produisent de petites feuilles vert foncé ou marron.
• La nouaison est réduite, ce qui nuit à la production.
• La carence en Phosphore est plus fréquente lorsque le pH du sol est trop bas ( 7,0).
Réf. : Christensen
Potassium• Les feuilles anciennes sont les plus sensibles, une chlorose se développe sur les bords et dans les cas les plus sévères, une décoloration complète des bords est observée.
• Une couleur vert foncé terne apparaît sur les feuilles. Au milieu et à la fin de l'été, les feuilles peuvent développer une couleur bronze, en particulier dans les zones exposées à l’ouest. Certaines feuilles peuvent développer des points ou des taches sombres.
• La carence en Potassium peut être aggravée par l'application de Calcaire dolomitique, visant à augmenter le pH et à enrichir le sol en Magnésium.
• Une carence sévère en Potassium réduit considérablement la vigueur de la vigne, la taille des raisins et le rendement des cultures.
Réf. : Christensen
Magnésium• Jaunissement des feuilles plus anciennes, en premier lieu entre les nervures principales, qui conservent une étroite bordure verte. Cette chlorose internervaire se manifeste d'abord par des taches dispersées. Les feuilles plus jeunes sont moins touchées. À moins que la carence ne soit grave, elle ne devient évidente qu'à la fin de l'été.
• Les jeunes feuilles terminales peuvent ne jamais présenter de symptômes à moins que la vigne entière ne soit extrêmement touchée.
• Les rendements sont réduits.
• Une carence en Magnésium peut réduire le rendement et retarder la maturation si la chlorose foliaire devient suffisamment grave pour inhiber la photosynthèse.
• Cette carence se manifeste principalement dans les sols dont le pH est inférieur à 5,5, dans les sols qui ont reçu des doses élevées d'engrais azoté, de Calcium ou de Potassium, dans des sols légers et pendant les années très sèches.
Ref. Dami & al., Ohio,2005
Fer• Une couleur jaune pâle se développe entre les nervures, en premier lieu sur les feuilles plus jeunes. Les autres feuilles restent vert foncé.
• Réduction de la croissance des pousses et du rendement.
• Les plantes carencées en Fer sont jaunes et chétives.
• Cette carence est souvent observée dans les sols alcalins (pH > 7,0) ou calcaires, et peut également être provoquée par un chaulage excessif, un mauvais drainage ou de fortes concentrations d'ions métalliques dans le sol ou dans la solution nutritive.
Réf. : Christensen
Manganèse• Les symptômes apparaissent entre le milieu et la fin de l'été, sous forme de chlorose entre les nervures ou de jaunissement des feuilles inférieures.
• Étant donné que la carence en Manganèse ne touche que les feuilles plus anciennes moins actives sur le plan de la photosynthèse, les pertes de rendement sont rarement un problème.
• La carence en Manganèse se produit dans les sols à pH élevé (>7) et dans les sols sableux, calcaires ou excessivement chaulés.
Molybdène• Les feuilles plus anciennes sont touchées en premier. Cela commence par une chlorose internervaire blanchâtre, accompagnée de brûlures sur les bords des feuilles dans les cas les plus sévères, qui se soldent par la mort des tissus sur les bords.
• Les plantes sont très chétives.
Zinc• Les jeunes feuilles jaunissent et elles ont tendance à être plus petites.
• Jaunissement internervaire similaire à celui provoqué par une carence en Fer.
• La croissance des nouvelles plantes est fortement affectée, avec des entre-nœuds plus courts qui induisent des pousses chétives.
• Les feuilles plus anciennes présentent initialement une chlorose internervaire vert jaunâtre, évoluant ensuite vers une coloration jaune/blanchâtre. Les nervures gardent leurs bordures vertes.
• Beaucoup moins de fleurs, qui peuvent être stériles.
• Grappes flétries avec des fruits petits qui ne murissent pas.

Carence en Azote vigne   Carence en phosphore vigne

Carence en Azote                        Carence en phosphore

Carence en Potassium vigne   Carence en Magnésium vigne

Carence en Potassium                        Carence en Magnésium

Carence en Manganèse  vigne   Carence en Fer vigne

Carence en Manganèse                        Carence en Fer

Carences en Zinc vigne   Carences en Zinc vigne

Carences en Zinc

Méthodes de fertilisation

Application dans le sol

Appliquer de l’Azote à 30-60 cm de la vigne par bandage + pulvérisation immédiate, ou par fertirrigation. Si une fertilisation à l’Azote est nécessaire, l’application annuelle de 35-60 kg/ha d’Azote réel dans des sols sableux est un bon point de départ pour les vignobles matures. Les jeunes vignobles (1re et 2e saison de croissance) nécessitant une fertilisation à l’Azote n’ont généralement pas besoin de plus de 30 kg/ha d’Azote réel.

Fertirrigation au goutte-à-goutte en plein champ et gestion protégée

Étant donné que l’irrigation au goutte-à-goutte est très courante avec cette culture, la fertilisation se fait généralement par fertirrigation, en utilisant des engrais entièrement solubles et en adaptant les ratios N-P-K-Ca-Mg en fonction des besoins de la culture à chaque stade de croissance.

Apport foliaire

Un programme de pulvérisation foliaire correctement appliqué se concentre généralement sur les micro-nutriments et peut être bénéfique. Avant toute pulvérisation de nutriments, il convient d’effectuer une analyse en laboratoire de pétioles provenant de feuilles normales et de feuilles carencées. Une analyse du sol doit également être réalisée. Cela peut aider à prendre une décision éclairée, en se basant sur des éléments tangibles et non sur de simples symptômes visuels. Une carence en Zinc peut être corrigée en réalisant une pulvérisation foliaire 2 à 3 semaines avant la floraison. Étant donné que le Fer est immobile dans les plantes, pulvériser uniquement le feuillage existant. Si la chlorose est sévère et persiste, des applications répétées à intervalles de 10 à 20 jours peuvent être nécessaires.

Paysage de vignes en Bourgogne
Cep de Meunier en Champagne avant la fermeture de la grappe.

Essai sur les vignes

Solinure FX sur des vignes
France

13

de rendement en plus

FAQ

Voici quelques questions fréquemment posées par les agriculteurs concernant la culture de la vigne.

  • L’étape de la plantation est un moment important en ce qui concerne la fertilisation, car de grandes quantités de Potassium, Magnésium et Phosphore doivent être fournies à ce stade. Mais lorsque la plante produit, la récolte s’accompagne d’une absorption des nutriments et par conséquent, la vigne doit recevoir une dose de N, P, K et Mg chaque année.

  • Toutes ces méthodes conviennent. Dans certaines régions, l’irrigation n’est pas autorisée, et vous devrez donc opter pour une fertilisation au sol ou foliaire. Si l’irrigation au goutte-à-goutte est autorisée, il s’agit d’une très bonne option pour répondre aux besoins de la culture.

  • Habituellement, pour la culture du raisin à vin, le ratio de K/Mg dans le sol doit être compris entre 2 et 3. Un engrais tel que le Polysulphate peut permettre de maintenir ce ratio.

  • Un apport de Potassium dans la plante assurera une bonne récolte et une bonne teneur en sucre. Le Polysulphate assure la disponibilité de ces nutriments tout au long du cycle de culture.

  • Le principal effet serait le jaunissement de la plante et la réduction de la photosynthèse, de sorte que les raisins ne contiendraient pas tous les composants nécessaires pour faire un vin de bonne qualité. Le Polysulphate assure la disponibilité de ces nutriments tout au long du cycle de culture.

Si vous avez d'autres questions :

Cultures connexe

Explorez d'autres cultures